15 janvier 18 H conférence de PALM Wierkome François d’Assise

Nuptialité et processus matrimonial chez les Dagara du Burkina Faso

 Conférence de la société des Africanistes,

Musée du quai Branly, salle de cours

 

Le lien matrimonial  chez les Dagara est une alliance qui est sanctionnée par l’attribution d’une dot.  La compensation matrimoniale est constituée de cauris, de bovins, d’ovins, de volailles et des prestations de services. Elle authentifie  le mariage, légitime la filiation et intègre la progéniture dans un  patrilignage. Matrice de la parenté chez les Dagara et pierre angulaire de l’organisation sociale, l’Eglise propose une réduction de son coût et le Code de la famille et des personnes du Burkina de 1985 stipule que sa pratique est illégale. Quelle est la réponse des Dagara à ses deux dispositions en fonction de la confession religieuse, de la classe d’âge, du niveau d’instruction ? Pour répondre à ces questions, une enquête spécifique a été réalisée à Kpaï et Zodoun Tanpouo qui sont respectivement peuplés de chrétiens et d’animistes. C’est une étude qui conjugue les approches qualitatives et quantitatives.

François Palme est chercheur au CEPED, UMR 196

http://www.ceped.org/fr/membres/Doctorants-77/article/palm-wierkome-francois-d-assise

 

 

 

 

conférence de la rentrée, le 9 octobre, 18 h Nicolas Courtin/Madagascar

Illustration Nicolas courtin

Titre de la conférence : 

Du théâtre d’une soumission à une soumission théâtrale.

Une approche photographique de la cérémonie de soumission

de Rabezavana et de Rainibetsimisaraka,

Madagascar 29 juillet 1897.

 Résumé : 

 

À neuf heures du matin le 29 juillet 1897, au milieu d’une foule abondante européenne et malgache, Rabezavana et Rainibetsimisaraka, deux des plus grands chefs de l’insurrection des menalamba, franchissent la porte d’entrée de la cour d’honneur du « palais de la Reine » à Antananarivo. Ils la traversent portant, pour l’un, les lamba blancs traditionnels et, pour l’autre, une tenue occidentale sombre. Les deux chefs menalamba se dirigent vers le gouverneur général Joseph Gallieni qui s’apprête à se lever. Sur son ordre, les soumissionnaires s’agenouillent et se prosternent à plus de cinq pas devant lui. À ce moment, Gallieni reçoit leurs soumissions.

À partir d’un riche corpus photographique qui prouve l’intense « couverture médiatique » de cette « cérémonie unique en son genre », bien loin de « l’expression banale d’un cérémonial de souveraineté », cette cérémonie de soumission correspond à la représentation la plus aboutie, la plus théâtralisée et la plus prise en images, de l’acte de soumission en situation coloniale à Madagascar. Qualifiée de « mascarade », pour mieux dénoncer l’orchestration et la mise en scène de cette matinée, cette cérémonie n’est ni une supercherie politique ni un marché politique de dupe. Elle n’est pas non plus l’archétype d’une cérémonie de soumission coloniale. La cérémonie de soumission de Rabezavana et Rainibetsimisaraka, du 29 juillet 1897, est l’acmé théâtrale de la politique de « pacification », menée par Gallieni, inscrit dans les cadres d’un processus long et complexe de domination. 

 

Entrée libre et gratuite

Musée du quai Branly –18h

Salle de cour n°1

5 juin, Hommage à Geneviève Calame Griaule

Un Evénement de la Société des Africanistes, suivi d’un pot amical

Au Musée du Quai Branly, Salle de cinéma, sous sol

Ethnologie et langage au fil d’un parcours passionné.  Geneviève Calame-Griaule (1924-2013)

 

Conférence de Cécile Leguy. Prof. d’Anthropologie linguistique. Paris 3

Pionnière dans le domaine de l’ethnolinguistique, dont elle contribua au développement en France, et de l’étude du style oral qui a donné une nouvelle place à la littérature orale, Geneviève Calame-Griaule est à l’origine d’un tournant important en anthropologie. Ses recherches, commencées en pays dogon dans l’actuel Mali, poursuivies auprès des Isawaghen de la région d’In Gall au Niger, l’ont conduite à appréhender les pratiques langagières et leurs rôles et places dans la vie sociale. A partir des perspectives ouvertes par ses principaux travaux, nous reviendrons sur le parcours et les apports d’une figure majeure des études africanistes.  

Rappel de l’itinéraire de G. Calame Griaule en images

Séance de cinéma 14/05/14 : Donne-moi des pieds pour danser

DONNE-MOI DES PIEDS POUR DANSER

Réalisation : Claude-Pierre CHAVANON
Production : ADAVEUROPE
Guinée-Bissau, 1997, 52’

Donne-moi des pieds pour danser est le début d’un chant d’initiation des femmes bijogo, pour demander auxesprits de leur donner du courage… Dans cet archipel où la population a résisté à la colonisation portugaise, les rituels ont été préservés. Cependant les jeunes et les femmes veulent faire évoluer leur société, au travers de l’initiation pour les premiers, de la nourriture pour les secondes : (création de jardins potagers pour contrer la monoculture du riz).

Salle de cinéma du Musée du Quai Branly, entrée libre

Séance du cinéma des Africanistes

Jeudi 10 avril, 18 h, Roland Colin : Yves Person, un historien de l’Afrique engagé dans son temps, une commémoration prospective

Y Person par Joel Person
Y Person par Joel Person

Yves Person (1925-1982) a occupé une place singulière dans la recherche et l’enseignement touchant l’histoire africaine. Un récent colloque a réuni à l’IMAF nombre de ceux qui furent ses partenaires et ses disciples. Roland Colin, qui fut, pour lui, un compagnon au long cours, à partir d’une formation commune à l’Ecole de la France d’Outre-Mer, se propose de rendre compte de sa personnalité et de ses travaux. Il s’appuiera sur les apports du colloque et ses références de mémoire personnelles pour décrire un itinéraire créatif marqué à la fois par les exigences de la rigueur scientifique largement ouverte à l’interdisciplinaire, et la passion d’un engagement social sensible à l’émancipation des peuples et des cultures dominés.

cinéma des Africanistes, le 2 avril sur les caricaturistes de Presse africains

Mercredi 2 avril : Résistants du 9 ème art

Réalisation : Nicoletta FAGIOLO. Production : 24 images

Afrique, 2008, 52’

Le film s’intéresse à l’émergence d’une nouvelle génération de caricaturistes de presse africains  qui ont choisi la plume comme principale arme de lutte vers la démocratisation. Dans leur combat contre la corruption, la violence et les difficultés  de la vie quotidienne, ils sont attaqués, emprisonnés, parfois contraints à l’exil. Originaires d’Afrique du Sud, de Côte d’Ivoire ou du Cameroun…ils illustrent avec humour leur perception de l’Afrique et de l’Occident. 

Entrée libreRésistant 9 art JPEG

RDV Conf. Jeudi 23 janvier avec Amalia Dragani : « Le corps du poète. Processus créatifs et corporéité de l’énonciateur chez les Touareg »

Amalia Dragani : « Le corps du poète. Processus créatifs et corporéité de l’énonciateur chez les Touareg »

Les études actuelles sur l’énonciateur en littérature orale se sont penchées sur la corporéité lors de la performance (voix, gestuelle, regard) et moins sur la corporéité du poète lors de la création. Il s’agira ici de rendre la dynamique du processus créatif chez les poètes touareg, autant en état de veille (caractérisé par une surexposition sensorielle et émotionnelle) qu’en rêve, (quand le monde sensible est mis à distance). Comment le poète perçoit-il son corps par rapport aux non-poètes et comment le ressent-il quand il crée ?